• Imprimer

    Prévenir vos risques professionnels

     

    Pour les salariés du régime général de la sécurité sociale qui représentent environ 80% des salariés actifs, la mission de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles est confiée à la Caisse Nationale d'Assurance-Maladie, aux Carsat et à la Cram Ile de France, sous la responsabilité de la Commission des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles (réforme instituée par la loi 94-637 du 25 juillet 1994).


    Organisme de droit privé administré par un Conseil d'administration composé notamment de représentants en nombre égal des employeurs et des salariés, la Carsat Nord-Est a entre autres pour mission de :

    • développer et de coordonner la prévention des risques professionnels
    • contribuer à l'amélioration des conditions de travail
    • et concourir à l'application des règles de tarification accident du travail et maladie professionnelle dans les établissements de la circonscription Nord-Est relevant du régime général de la Sécurité sociale.

     

    mettre oeuvre

     

    En matière de prévention des risques professionnels, l'action de la Carsat Nord-Est s'exerce, compte tenu des caractéristiques de la région et des orientations régionales à moyen terme adoptées par son Conseil d'administration dans le cadre de la politique générale de prévention de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (C.N.A.M.T.S.).


    La prévention des risques professionnels se fonde sur l'étude des risques professionnels révélés (a postériori) ou potentiels (a priori).


    Pour mener à bien son action de prévention alliant, de manière indissociable, le conseil, la formation et le contrôle, la Carsat Nord-Est dispose de moyens d'action essentiellement incitatifs qui sont :

     

    • des moyens techniques : conseils, étude d'un poste de travail, d'une machine, aménagement d'un nouvel atelier, etc. ;

     

    •  des moyens réglementaires : recommandations, dispositions générales, dispositions générales étendues ;

     

    •  des moyens d'incitation financière : récompenses, minorations des taux de cotisation accident du travail et maladie professionnelle ou accident du trajet, subventions, contrats de prévention;

     

    •  des Comités techniques régionaux (C.T.R.), ayant une fonction de conseil dans les choix et orientations et assurant le relais avec les entreprises industrielles de la circonscription;

     

    •  des équipes de techniciens constituées d'Ingénieurs-conseils et de Contrôleurs de sécurité placés sous l'autorité de l'Ingénieur-conseil régional. Ces techniciens peuvent demander le concours de l'Inspection du travail, notamment en cas de manquements aux dispositions réglementaires.

     

       

     

    Accidents du travail

     

    Registre des accidents du travail bénins

    Qu’est-ce que le registre de déclaration d’AT bénins ?
    Le registre permet d'inscrire les accidents du travail  et de trajet qui semblent a priori être sans grande conséquence sur la santé, et n'entraîner ni arrêt de travail, ni soins médicaux donnant lieu à une prise en charge par les organismes de Sécurité Sociale.
    Il est délivré par la Carsat du lieu d'implantation de l'établissement et doit être utilisé uniquement pour les salariés relevant du régime général de la Sécurité Sociale.
    L'employeur ou son préposé sont tenus d'y inscrire, dans les 48 heures après en avoir eu connaissance, l'accident du travail ou de trajet survenu à son salarié, non compris les dimanches et jours fériés (art L441-2 du Code de la Sécurité Sociale).

     

    Le registre de déclaration d'accidents du travail et de trajet dispense de la déclaration d'accident auprès de la CPAM. Mais si des doutes existent quant à la matérialité d'un accident bénin, ou d'une lésion, ou de sa survenance aux temps et aux lieux du travail, il est conseillé d'établir une déclaration d'accident du travail afin de préserver les droits des salariés et de l'employeur.
    Il est également à souligner que l'inscription dans le registre ne dispense pas d'établir une déclaration ultérieure à la CPAM dont relève la victime, soit à la demande de la victime ou lorsqu'une modification de l'état de celle-ci le nécessite (arrêt de travail, soins médicaux donnant lieu à une prise en charge par les organismes d'assurance maladie).

     

    Les accidents survenus à du personnel intérimaire en mission dans une entreprise, des stagiaires, des élèves, des étudiants (par le fait ou à l'occasion d'un stage en entreprise), ne doivent pas être inscrits dans ce registre. L’obligation de déclaration incombe à l’établissement auquel ils sont rattachés (article R 412 2 du Code de la Sécurité Sociale).


    Il est rappelé que si l'inscription de ces catégories de personnels ne doit pas se faire, il est toutefois de bon sens que ces salariés puissent bénéficier des premiers soins.

     

    La tenue d'un registre doit être pour l'employeur, une source d'information indispensable pour concevoir et améliorer la prévention dans son entreprise. Dans ce cadre, une bonne pratique consiste à analyser tout accident, quelles que soient sa nature et sa gravité.

     

    L’utilisation de ce registre n’est pas obligatoire et est soumis à conditions lire attentivement les paragraphes :
    -    Qui peut bénéficier du registre d’AT bénins ?
    -    Quand  peut-il y avoir retrait de l’autorisation de gestion du registre ?

     

     

    Qui peut bénéficier de ce registre ?

    Extrait du Code de la Sécurité Sociale :
    L'autorisation de tenue d'un registre de déclaration d'accidents du travail prévue à l'article L.441-4 du présent code peut être accordée à l'employeur, sur sa demande, par la caisse d'assurance retraite et de la santé au travail du lieu d'implantation de l'établissement lorsque celui-ci répond aux conditions suivantes :
    1.    présence permanente d'un médecin, ou d'un pharmacien, ou d'un infirmier diplômé d'Etat, ou d'une personne chargée d'une mission d'hygiène et de sécurité dans l'entreprise détentrice d'un diplôme national de secouriste ou d’un diplôme de sauveteur secouriste du travail (à jour de sa formation continue);
    2.    existence d'un poste de secours d'urgence (Local clairement indiqué avec au minimum une armoire à pharmacie fermée à clé, les numéros utiles affichés, un téléphone avec ligne extérieure, un point d’eau à proximité, un lit, une table et une chaise);
    3.    respect par l'employeur des obligations mises à sa charge par l'article L. 236-1 du code du travail.

     

     

    Comment en faire la demande ?

    Si vous remplissez les conditions d’attributions (cf. « Qui peut bénéficier d’un registre ? »), téléchargez et remplissez le document « Conditions de délivrance de l’autorisation d’un registre de déclaration d’AT bénins » lien
    Renvoyez ce document soit :
    Par messagerie
    nancyrdatb@carsat-nordest.fr

    Par courrier
    Carsat Nord-Est – Département des risques professionnels – 81 à 85 rue de Metz – 54073 NANCY CEDEX

     

     

    Qui est habilité pour compléter le registre ?

    Seules les personnes recensées comme donneurs de soins, sont habilitées à inscrire des accidents, dans le registre, en l'occurrence :
    1.    un médecin et/ou un pharmacien et/ou un infirmier diplômé d'Etat,
    2.    ou bien une personne chargée d'une mission d'hygiène et de sécurité dans l'entreprise, détentrice d'un diplôme national de secourisme, complété par le diplôme de Sauveteur Secouriste du Travail.


    Comment remplir le registre ?

    Modèle registre AT bénins
    Les renseignements sont à inscrire sans blanc, ni rature.
    N° d'ordre (colonne 1) : ce numéro est indispensable aux CPAM dans le cas où, après cette inscription, l’accident nécessite un arrêt de travail ou des prestations prises en charge par les organismes de sécurité sociale (consultation médicale donnant lieu à la délivrance d'une feuille de soins, prescription de soins par un médecin, indemnité hospitalière, indemnité journalière…). Ce numéro d'ordre est à inscrire dans la case prévue à cet effet, dans la partie basse de la "Déclaration d'Accident du Travail" (Cerfa n° 60-3682) ou à l'étape n°4 lors de l'établissement de la déclaration en ligne sur net-entreprises.fr (rubrique formulaires en ligne).
    Date d'inscription dans le registre (colonne 2) : la victime doit déclarer l'accident à son employeur ou à son préposé, le jour même ou dans les 24 heures qui suivent le sinistre (art L441-1 du Code de la Sécurité Sociale) et l'employeur ou son préposé ont 48 heures, après en avoir été avisé, pour inscrire l'accident dans le registre.
    Nom et prénom de la victime, (colonne 3) : il est primordial d'inscrire l'identité de la victime.
    Date et heure (colonne 4) : date de survenue de l'accident (et non date d'inscription dans le registre). Pour l'heure, elle est nécessaire notamment dans les établissements qui fonctionnent en équipes.
    Lieu (colonne 5) : précisez s'il s'agit d'un atelier, du vestiaire, du parking, d'une route…
    Circonstances de l'accident (colonne 6) : indiquer, le cas échéant la machine ou le moyen de locomotion utilisé.
    Siège des lésions (colonne 7) : préciser s'il y a lieu, droite ou gauche.
    Nature des lésions (colonne 8) : coupure, ecchymose, choc psychologique…
    Nom et adresse des témoins ou de la première personne avisée (colonne 9) : éléments utiles en cas de contestation des faits.
    Nom et adresse des tiers impliqués extérieurs à l'établissement (colonne 10) : éléments nécessaires en cas d'accident bénin de trajet.
    Signature du donneur de soins (colonne 11) : seuls les donneurs de soins inscrits sur la première page du registre sont habilités à compléter et à signer le registre.
    Signature de la victime (colonne 12) : il faut particulièrement veiller à l'apposition du visa du donneur de soins et de la victime afin de limiter les litiges qui pourraient apparaître, notamment quant à la matérialité d'un accident.
    Observations (date de la DAT éventuellement) (colonne 13) : cette colonne est à compléter lorsqu'une déclaration d'accident du travail est établie ultérieurement.

     

     

    Qui peut consulter le registre ?

    Pendant l'année en cours, le registre doit être tenu à la disposition :
    1.    des agents de contrôle des CPAM et des Contrôleurs de Sécurité ou des Ingénieurs Conseil des Carsat ;
    2.    de l'inspection du travail ;
    3.    du Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT ) ;
    4.    du médecin du travail ;
    5.    de la victime ou de ses ayants droit.
    Restitution du registre à la CARSAT NORD-EST :
    A l’expiration de chaque année civile, l’original du registre d’AT bénin doit être retourné à la Carsat. L'employeur est tenu d'en garder une copie.

     


    Quand peut-il y avoir retrait de l’autorisation de gestion du registre AT bénins ?

    La Carsat peut décider du retrait de l'autorisation de tenue d'un registre pour l'une des raisons suivantes :
    1.    tenue incorrecte du registre,
    2.    disparition des conditions d'octroi,
    3.    refus de présentation du registre :
    1.    aux agents de contrôle des Caisses primaires et régionales d'assurance maladie,
    2.    aux agents de l'inspection du travail,
    3.    à la victime d'un accident consigné au registre.
    4.    au Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ou à défaut de l'existence de ce dernier, aux délégués du personnel.
    4.    Non restitution du ou des registres originaux à la Carsat à la fin de chaque année civile.

     

     

    Comment est renouvelé le registre AT bénins ?

    Le registre est valable pour l'année civile au cours de laquelle il a été délivré.
    Courant décembre, l'envoi d’un registre pour l’année suivante est réalisé automatiquement sauf si une décision de retrait a été prise par la Carsat (voir  paragraphe « quand peut-il avoir retrait ») ou si une l’entreprise a demandé de ne pas renouveler le registre d’AT bénins.

     

    Pièces jointes :
    •    Formulaire conditions de délivrance

     

     

     

    Statistiques et indicateurs

    Toutes les déclarations d'accidents du travail et de maladies professionnelles adressées par les entreprises aux Caisses Primaires d'Assurance Maladie et pour lesquelles le caractère professionnel est reconnu sont enregistrées, de même que toutes les dépenses qui en découlent, pour répondre à deux objectifs :  

     

    • Connaissance du coût d'un établissement géographiquement indépendant et d'une entreprise pour le calcul du taux de cotisation accidents du travail.

     

    • Établissement de résultats statistiques :

     

    Statistiques nationales

     

    Statistiques régionales 2015

     

    • Réduire la taille du texte
    • Augmenter la taille du texte