Les FORGES

Prévention des risques à effets différés comme les risques chimiques par contact cutané ou par inhalation.

 

1. Introduction

Contexte :
Les caractéristiques géographiques de la région Champagne-Ardenne ont permis le développement d'un tissu dense d'entreprises travaillant le métal par déformation.
La région se positionne au 1er rang national pour la production de pièces forgées essentielles à la fabrication d’un grand nombre de biens à destination des marchés des transports, du médical, de l’énergie, …
La Forge régionale représente plus de 3000 salariés qui travaillent au sein de plus de 40 entreprises, dont les effectifs varient de 3 à plus de 600 salariés.

Quelques chiffres :
Les forges de la circonscription de la CARSAT du Nord-Est, présentes notamment dans les départements des Ardennes et de la Haute-Marne, représentent environ 1% du coût des AT/MP de l'ensemble des entreprises de cette région, soit 2 345 000 euros en 2015.
Leur code APE est 2550A.

La base épicea de l’INRS recense des récits de quelques accidents significatifs :
Connectez-vous sur la base Epicéa

 

2. Prévention des risques cutanés et respiratoires liés aux produits utilisés dans les ateliers de forgeage

Les différents lubrifiants utilisés en forgeage ne présentent pas un niveau de dangerosité identique.
Ci-dessous, les pistes de préventions préconisées :

Références documentaires :

2.1 Risques cutanés
Les principaux risques cutanés sont liés au caractère irritant ou allergique de certains lubrifiants à base minérale ou de synthèse. Les pathologies associées sont mentionnées au tableau n°36 du RG des Maladies Professionnelles.

Pistes de prévention :
Le port de protections individuelles contre le risque cutané présenté par les lubrifiants de forgeage est indispensable pour prévenir les risques cutanés liés à certaines substances pouvant être présentes dans les formulations à base aqueuse et à base minérale.

Visage : visière recommandée.
Corps : vêtements de travail régulièrement entretenus.
Mains : Port de gants impératif qu’il faudra changer à chaque fois qu’ils seront souillés ou abîmés.
Actuellement les opérateurs en forge utilisent des gants en cuir pour se prémunir des risques liés à la chaleur et aux risques mécaniques. Ces gants ne garantissent pas une protection à long terme contre les risques chimiques liés aux lubrifiants de forgeage.

Au niveau de l’utilisateur
Le choix de lubrifiants à base aqueuse diminue le risque cutané cancérogène lié aux Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) qui sont surtout présents dans les bases minérales. Ces produits sont utilisés systématiquement dilués dans l’eau. L’examen des Fiches de Données de Sécurité (FDS) des lubrifiants à base aqueuse doit permettre de s’assurer qu’ils ne contiennent pas d’autres substances cancérogènes ou sensibilisantes.

Dans le cas de mise en œuvre d’un produit à base minérale, l’utilisateur devra être particulièrement vigilant. Il doit obtenir les informations lui permettant de choisir le lubrifiant garantissant une faible teneur en Benzo(a)pyrène (B(a)P). (FDS précisant la teneur en B(a)P, précisions sur le type d’huile : base neuve ou régénérée)

En effet, les informations données par les fournisseurs, en l’état actuel de la réglementation, ne permettent pas de garantir l’absence de substances cancérogènes dans les lubrifiants de forgeage.

Au niveau du fournisseur
La formulation de lubrifiants à base minérale devrait être effectuée avec des huiles de base sévèrement raffinées, qui seules permettent de garantir un faible taux de B(a)P. Une garantie sur le taux de B(a)P ou sur le type de traitement effectué (traitement spécifique au solvant ou hydrogénation catalytique poussée) pourrait être transmise à l’utilisateur du lubrifiant afin de lui permettre de juger du risque cancérogène cutané du produit.

L’utilisation d’huile de base recyclée devrait être envisagée uniquement dans le cas où le fabricant dispose d’une garantie sur un taux de B(a)P inférieur à 30 µg/kg car la méthode IP 346 n’est pas applicable pour les huiles recyclées.

2.2 Risque par inhalation

Plusieurs risques par inhalation peuvent être objectivés par des mesures de concentrations atmosphériques, tel que les aérosols de fluides d’usinage, les HAP, le plomb et les composés organiques volatiles (COV).

Fluide d’usinage
L’utilisation de lubrifiant à base minérale ou aqueuse peut générer des quantités importantes d’aérosols de fluides d’usinage.
L’absence d’information sur les constituants des formulations dites aqueuses et sur le mode d’action de ces aérosols sur l’organisme, ne garantissent pas que les formulations aqueuses permettent de supprimer le risque dans les atmosphères de travail.  Mais ces produits présentent néanmoins une évolution positive en matière de prévention.

Pistes de prévention :

  • Optimiser les quantités de lubrifiants déposés sur les matrices (fréquence et quantité),
  • Mettre en place des captages localisés et améliorer ceux existants.

Les captages devront tenir compte des spécificités de la profession (nombre et placement des opérateurs par machine, changement des outillages, réparation et maintenance, inflammation de l’aérosol de lubrifiant, etc…)

Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)

Pistes de prévention :

  • Favoriser les lubrifiants à base aqueuse qui ne contiennent pas de HAP a priori.
  • Utiliser des lubrifiants à base minérale à faible teneur en HAP.
  • Mettre en place des captages localisés aux postes de travail.

Plomb
Le risque lié au plomb, bien que moins souvent rencontré dans l’industrie des forges est à prendre en considération.

Pistes de prévention :
Il convient de supprimer l’utilisation de plomb :

  • Remplacer des bains de plomb par des fours de petites dimensions offrant le même confort d’utilisation que les bains au plomb (encombrement, rapidité de mise en œuvre, etc.)
  • Substituer les produits d’enverrage contenant des composés du  plomb par un produit moins toxique.

Si la suppression du plomb ou sa substitution ne sont pas techniquement possibles, les dispositions particulières devront être mises en œuvre en s’appuyant sur les principes généraux de prévention et respectant les dispositions particulières aux agents chimiques CMR conformément à la réglementation.

Des mesures de plombémies réalisées dans le cadre de la surveillance médicale particulière permettront d’objectiver le niveau de risque.

2.3 Le captage des polluants

Le captage des polluants (lubrifiants de forgeage) sur des presses ou marteaux-pilons est complexe. Avant de mettre en place un plan d’action, un pré-diagnostic des moyens de protection collective au poste de travail peut cependant être réalisé par l’entreprise, afin de vérifier si toutes les conditions sont réunies pour capter efficacement les polluants.

pre-diagnostic.png

* DIV : Dossier d’Installation de Ventilation : toute installation de ventilation doit être accompagnée d’un document, appelé DIV, regroupant tous les documents nécessaires pour le suivi dans le temps des installations de ventilation (dossier d’entretien, dossier de maintenance et valeurs de référence).

Pour aller plus loin :

 

3. Notre offre de service

Outre les ressources documentaires développées dans l’onglet précédent, le Département Prévention de la CARSAT peut vous accompagner de manière individualisée dans votre démarche de prévention :

3.1 Analyser les risques et définir les mesures de prévention

Se former
L’analyse des risques dans votre entreprise implique des connaissances en risques chimiques, physiques et des compétences méthodologiques.

Formations aux risques chimiques
Pour en savoir plus

Formations spécifiques à la ventilation
Pour en savoir plus

Les autres formations de la Carsat du Nord-Est
Nos formations

Nos unites techniques :
En collaboration avec le contrôleur de sécurité ou de l’ingénieur conseil qui suit votre entreprise,

  • le Centre Interrégional de Mesures Physiques de l’Est (CIMPE) de la Carsat Nord-Est a la possibilité d’intervenir dans des domaines physiques variés (bruit, ventilation, vibrations, thermique, rayonnements optiques artificiels, rayonnements non Ionisants, …), afin d’étudier ces ambiances physiques et proposer des pistes d’amélioration adaptées pour réduire les expositions des opérateurs. Le CIMPE peut s’appuyer sur des mesures ou des simulations numériques pour affiner ses préconisations.
  • le Laboratoire Interrégional de Chimie de l’Est (LICE) de la Carsat Nord-Est a la possibilité de vous accompagner pour exploiter  les fiches de donnée de sécurité (FDS), d’analyser certains produits et de mesurer les expositions des salariés à différentes substances chimiques (poussières, aérosols liquides, gazeux…)

3.2 Mettre en œuvre les mesures de prévention

Le plan d’action issu de l’analyse des risques devra privilégier la substitution des produits dangereux ainsi que la mise en œuvre de protections collectives (captage des polluants à la source). Des pistes de prévention sont développées dans l’onglet précédent.

Nos aides financières :
Des aides financières peuvent accompagner vos projets sous certaines conditions.
Pour plus d’information concernant ces dispositifs, contacter le correspondant en charge de votre établissement :

 

4. Pour aller plus loin, vous trouverez ci-joints quelques informations pouvant vous intéresser

Les activités de forgeage, d’estampage et de matriçage exposent les salariés à différents risques qui sont pour la plupart abordés sur le site suivant.

Une grille d’aide au diagnostic permettant de mesurer le niveau de prévention de votre entreprise et vous aider à définir des voies de progrès.

Un outil d’aide à l’évaluation du risque chimique SEIRICH. En inscrivant Forge dans l’onglet repérage de l’outil, les principaux produits ou agents chimiques dangereux, mesurés par le réseau prévention dans l’industrie des Forges vous seront présentés.

Un document intitulé "prévention en forge sur marteaux pilons" pouvant servir de base à une démarche de prévention.
Les thèmes traités sont :

  • La formation du nouvel arrivant
  • La conduite d’engin de manutention
  • Les Equipements de Protection Individuelle
  • La mise en sécurité du pilon
  • Les risques et moyens de prévention lors des phases de :
    • Changement de production
    • Production
    • Maintenance

Le film « Forge Ardenne » qui regroupe différents témoignages d’opérateurs peut servir de support de sensibilisation au port de tablier de protection.

Nos coordonnées

Le siège à Nancy : 0 821 105 405 (0,15 euro par minute)

Les antennes :

  • Ardennes : 03 24 57 60 53
  • Aube : 03 25 73 31 91
  • Haute Marne : 03 25 02 85 50
  • Marne : 03 26 23 88 60
  • Meurthe et Moselle : 0 821 105 405
  • Meuses : 03 83 34 15 20
  • Vosges : 03 83 34 15 20
fleche-haut
Partager :
  • facebook
  • twitter
  • email